Artlovers

Tuesday
Oct 23rd
    French (Fr)English (United Kingdom)
Home Les Artistes Mik Jegou
Les Galeries des Artistes de Saint-Martin - Mik Jegou
  • 5 mai 2006. J’ai 35 ans. Maman m’offre un petit sac de papier blanc. Elle avait gardé précieusement mes dessins d’enfant. Je découvre, avec émotion, mes premiers gribouillages de gamin. Ce cadeau inestimable me plonge à la source de mes souvenirs où la musique, la danse et la couleur sont déjà présentes.

    1977. J’ai 6ans. Dans le salon de la maison familiale de Quimper (Bretagne-France) envahi par la musique de Mikis Théodorakis, j’improvise déjà de petits spectacles. Mes parents me proposent une inscription à un cours de danse dans un groupe d’arts et traditions populaires, les “Eostiged ar Stangala” qui recherche des garçons pour danser. A 20 ans, je mets en scène ma première chorégraphie. Entouré des autres chorégraphes, de répétitions en spectacles, les créations s’enchaînent dans un esprit sans cesse novateur qui nous mène à 8 titres de champions de Bretagne de danses traditionnelles.

    2010. Je referme ce chapitre après 33 années passées sur les planches pour me consacrer entièrement à mon travail plastique.

    Parallèlement à ces années de danses, je suis des études d’arts-plastiques et de graphisme où la couleur, la composition et le rythme dans l’image tiennent une place prépondérante. Beaucoup de choses bouillonnent dans mon esprit en cette période. Je crayonne frénétiquement comme une thérapie contre les événements qui vous arrachent soudainement des êtres très proches. Le support en carton devient un lieu d’exutoire optimiste, à l’instar du plateau de danse ou de la scène. La danse s’impose, avec évidence, aux pastels ou bien à l’acrylique.

    Mes divers travaux, secrètement gardés, s’accumulent dans les cartons. Je ne souhaite pas les montrer. Il faut bien des arguments à ceux qui m’entourent pour me convaincre de concevoir un premier accrochage. Je cède. Nous sommes en octobre 1998. J’expose mes premiers pastels à l’huile lors du 50 ème anniversaire de l’Ensemble de Kerfeunteun. Je suis encore surpris de l’accueil fait à mon travail. Je pense à un feu  de paille. L’amitié n’est parfois pas objective.

    Deux mois plus tard, un autre public découvre une deuxième exposition. L’intérêt pour mon travail dépasse le simple cercle amical et me pousse à persévérer. L’année suivante, les vernissages se multiplient. Il me prend à rêver qu’un jour, peut-être, ma passion deviendrait mon métier.

    C’est en 2004 que je décide le grand saut dans l’aventure professionnelle, encouragé par David. Je quitte mon poste dans l’imprimerie qui m’emploie. Pris pour un fou, je ne veux pas avoir de regret d’essayer de concrétiser ce rêve qui était aussi celui de ma sœur trop tôt disparue.

    Depuis, les jours s’écoulent à l’atelier ou bien ailleurs, au gré des voyages. Danseurs ou musiciens se tiennent dans les coulisses de ma mémoire. Jamais de croquis, et libérés de toute représentation photographique, ils attendent le rythme du pinceau pour entrer en danse et traverser l’espace de la toile au bon vouloir des musiques balkaniques, contemporaines ou bien électroniques qui envahissent l’atelier. Guidé par les expériences passées et présentes, porté par l’énergie de l’instant, j’aime me laisser aller à la spontanéité du geste sur la toile. Entre lenteur et vivacité, tout est mis en oeuvre pour l’essentiel : la sensation de danse qu’elle soit figurative, métissée d’abstraction ou d’Ailleurs.

    Ces dernières années, de belles rencontres se sont faites. Ces nombreuses expériences artistiques ont enrichi mon univers ainsi que mes fréquents voyages. L’Inde, les Antilles, le Mexique, le Costa-Rica …me poussent vers d’autres horizons.

    Cet Ailleurs devient progressivement un concept important dans mes créations. Il m’entraîne vers de longs séjours en Caraïbe où je métisse mon geste aux couleurs antillaises. J’y apprend la lenteur nécessaire souvent inadaptée à notre monde de l’immédiateté pour cultiver tout ce qui rend mon aventure artistique indissociable de mon parcours de vie. J’y dompte un temps différent. J’y apprivoise, l’éloignement qui, paradoxalement, m’amène au plus proche de l’essence de mes racines. Elles, aussi, sont nées de découvertes et de métissages parfois oubliés.

     

  • Telephone : +59 0590 511 413
  • E-mail : mj.langolen@orange.fr
  • Website : www.mikjegou.com
  • Address :
Talents Conjugués
Talents Conjugu...
Bal métissé
Bal métissé
Biguine aux Madras
Biguine aux Mad...
Danses
Danses
Contrebassiste
Contrebassiste
le joueur de traversière
le joueur de tr...
 
Affichage # 
 
 

Login